Le « Journal Infirme » de Clara Muller – Karim Madani

Le « Journal Infirme » de Clara Muller

Karim Madani

Editions Sarbacane (Exprim’)

2012

15 €

Synopsis
Mon nom : Clara Muller. Ma ville, Paris en 2015 – capitale coupée en deux, Ville Haute et Ville Basse. Mon univers, les quartiers chics de la Ville Haute.

Au lycée, ils passent leurs journées à m’insulter. M’appellent FFO, Fille Frappée d’Opprobre. Tout ça parce que je suis née in vitro, grâce à un logiciel de procréation.

Mes séquelles : affectation de la structure psychique – chaque nuit, je me balade dans la Ville Basse via une connexion au Vortex Urbain.

C’est comme ça que j’ai rencontré le Vengeur Toxique, un super-héros cabossé et super mignon. Personne ne me croit, à part Karine, une FFO, comme moi.

Et amoureuse d’un de ces CP (Connards Populaires) qui nous mènent la vie dure. Sûr que cette histoire va mal finir : quand vous lirez ce Journal Infirme, je serai morte…

Mon avis

Le « Journal Infirme » de Clara Muller est un livre aux premiers abords intrigant. Couverture belle et troublante, 4ème de couv pour le moins inhabituelle, auteur que je ne connaissais pas, ambiance a première vue sanglante et de science fiction. De plus le livre se présente sous forme de journal intime, format idéalement adapté pour développer son imagination et le côté artistique autour du livre.

L’histoire se passe dans le futur Paris de 2015. La ville est séparée en 2, ville haute, la ville du luxe et ville basse, la ville de la délinquance. Clara vit dans la ville Haute. Son principal soucis quotidien : le lycée. Elle ne fait pas parti des gens cool et se retrouve mise à l’écart des autres, à la fois insultée, persécutée, oppressée… Un jour une nouvelle élève arrive dans son lycée et c’est à ce moment que les changements vont se faire pour Clara …

Dès les premières pages un élément fondamental m’a dérangé : le langage employé par l’auteur. Un langage très jeune, que j’ai eu quelques fois un peu de mal à comprendre (serais-je déjà has been à 21 ans ?), ponctué très régulièrement de mots vulgaires. Un langage qui m’a rebuté, car loin d’être une sainte ni touche, j’ai trouvé ça trop, trop vulgaire, trop présent (plusieurs fois par pages).

Outre cet élément, l’histoire est très intéressante. Clara n’est pas une jeune fille comme les autres, car non seulement elle a un caractère très rebelle, mais ses origines génétiques sont « anormales », c’est à dire qu’elle est née in vitro, grâce à un logiciel de procréation. Une raison de plus pour ses camarades de la trouver « bizarre » et d’en faire un souffre douleur.

On le découvre très vite, les enfants nés de cette manière possèdent des capacités hors du commun. Pour Clara, il s’agit de se connecter au Vortex Urbain. Vous me demanderez ce que c’est ? Je ne pourrais pas plus vous aider que ça.

J’ai finalement très rapidement lu ce livre. Le sujet et l’histoire sont vraiment passionnants et intéressants. On suit la psychologie de Clara, ses réactions, ses pensées même les plus sombres. L’ambiance qui se détache du livre est très glauque, à cause du déroulement de l’histoire mais également avec l’évolution du personnage de Clara.

Un livre que je ne mettrais de loin pas entre toutes les mains. On y trouve des sujets sensibles, comme le sexe, la persécution, les problèmes parents/enfants, l’alcool, le viol et la drogue. C’est une expérience intéressante de voir à quel point on peut pousser les personnes à bout, mais cela ne doit surtout pas servir de modèle et d’exemple à des jeunes.

Je tiens à dire que j’ai vraiment trouver dommage que l’auteur emploie un tel style. Même si on s’y fait au fil des pages, l’auteur nous montre à travers des textes d’articles de blog, qu’il a une excellente plume, très agréable à lire et à travers laquelle il a su dans ces articles, faire passer du suspense, susciter de l’intérêt, etc.

J’ai trouver également dommage que les choses ne soient pas plus développer sur certains points. L’histoire de la connexion au Vortex reste totalement floue pour moi. Comment cela se matérialise concrètement ? Comment les autres personnes voient Clara quand elle est dans ce « mode » là ? Ces passages de l’histoire sont également très courts et finissent pas disparaître au fur et à mesure de la lecture alors qu’ils sont réellement intéressants par le concept de la connexion.

J’ai aimé les anecdotes liées à la technologie actuelle telles que la réalité augmentée ou Foursquare, mais elles ne sont pour moi pas à la portée de tout le monde, ou alors demande quelques brèves explications quand elles sont citées dans le livre.

Qui dit journal intime, dit point sur l’objet livre. De ce côté là je dis bravo à la maison d’édition car l’objet-livre est vraiment très bien réalisé. Non seulement on a le corps du texte, mais également de nombreuses annotations, des dessins, des poèmes, des pages entières de sites internet. Un cocktail qui donne à la lecture beaucoup de rythme et qui la rend agréable (outre le problème du langage).

En bref : Une bonne lecture, que je conseille pour ceux qui aiment les histoires un peu glauques qui tournent mal. Un livre dont le langage peut déranger beaucoup et qui n’est pas à mettre à la porter de tout le monde.

Merci beaucoup aux Editions Sarbacane pour cette lecture relativement bouleversante….

Publicités
Tagué , , ,

2 réflexions sur “Le « Journal Infirme » de Clara Muller – Karim Madani

  1. Aidoku dit :

    Je ne connaissais pas ce titre, mais il me tente bien.
    J’aime les histoires glauques qui tournent mal. ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :