Le Rêve du Prunellier – Rozenn Illiano

Le Rêve du Prunellier - Rozenn IllianoLe Rêve du Prunellier

Rozenn Illiano

Editions Unseelie

2013

15,00 €

Synopsis
Entends le chant des trains, et les cris d’une Reine des Neiges en furie, et le bruissement des arbres hybrides. Écoute les prières fiévreuses d’une dame d’hiver en péril, l’écho d’un bec de corneille qui cogne à la fenêtre, le bruit sourd d’un corps chutant d’un gratte-ciel. Écoute le silence des mondes qui s’entrechoquent, et le vacarme d’une graine qui grandit, bien cachée sous le bitume…

Mon avis

Le rêve du prunellier est un recueil de nouvelles et la première oeuvre que je lis de Rozenn. J’avais hâte de découvrir son univers à travers ces différentes histoires écrites car je le connaissais essentiellement par l’aspect visuel. Néanmoins, un recueil de nouvelles est toujours délicat pour commencer car il faut que les histoires soient bien dosées et accrochent vite le lecteur.

L’univers de ce recueil est à l’image de sa couverture, froid et sombre. Il mêle féerie, magie et réalisme pour inclure dans notre quotidien une note de poésie.

Certaines nouvelles m’ont transportées, d’autres manquaient de quelques pages pour que je puisse m’y sentir impliquée et je suis malheureusement passée à côté de quelques unes qui n’ont pas réussi à me toucher.

Le recueil commence par la nouvelle Un goût de pluie et de rouille, une nouvelle introductive aux notes légères et tristes. On plonge directement dans cet univers mélancolique peuplé de corbeaux. Arrive ensuite Dies Irae. La nouvelle est intéressante, nous plonge dans une aventure conduite par l’amour et le besoin de l’autre. Néanmoins, même si dès le début j’ai été happée dans cette histoire, je m’en suis très rapidement détaché en voyant le manque de détermination de l’héroïne alors qu’elle venait de traverser toutes ces étapes… Elle accepte trop rapidement la situation pour que je puisse me sentir proche d’elle, alors que j’aurai aimé qu’elle se batte encore et encore malgré la situation irréversible qu’elle affronte.

Viens enfin la nouvelle qui m’a enchantée, qui m’a transportée et qui vaut vraiment le détour et pourquoi pas, d’être davantage creusée : La forêt d’Adria. Cette forêt est un véritable mystère que l’on va apprendre à connaître au travers de notre héros qui la cherche en vain depuis des années. Voici enfin venir l’ultime voyage, celui qui aura un but et une fin, celui qui va clore des années et années de recherche. Le concept même de la forêt mystérieuse, introuvable me fascine. L’histoire est passionnante, l’univers féerique avec une pointe de dangerosité. Un vrai bonheur à lire. J’en redemande encore et encore de cette histoire, de cet univers.

D’hiver et d’ombres, Poe et Funambule suivent. Toutes ont le même point commun, la mort. La première nous emmène dans d’autres mondes, à regarder impuissant les mondes s’éteindre. Cette nouvelle à la fois triste et touchante, a réussi à m’atteindre. J’y ai perçu des sentiments puissants, des forces dévastatrices, mais derrière tout cela, l’espoir d’une renaissance. On y découvre également des créatures fascinantes, dirigées par leur mission. Poe est une nouvelle qui tranche assez avec le reste du recueil, car elle contient des éléments réels qui nous permettent de se sentir proche de l’histoire. Par contre la nouvelle Funambule, j’en suis restée loin, sans m’y attacher, sans qu’elle me touche… Même si le concept se perçoit assez vite, j’aurai aimé un peu plus de concret et d’éléments d’explications.

Arrive ensuite Blackthorn. Une nouvelle touchante en lien avec la nouvelle D’hiver et d’ombres. Ce rapprochement m’a en premier lieu plu, puis troublée. J’ai adoré avoir une autre vision de l’histoire, mais les noms des protagonistes passent à l’anglais, ce qui m’a empêché de les voir vraiment liées l’une à l’autre. Le point de vue est différent et rend la nouvelle intéressante à lire rien que pour ce point là.

Le recueil se termine avec la nouvelle Layla des tours. Malheureusement, je suis également passée à côté de cette nouvelle. Une nouvelle trop triste, trop mélancolique, sur un personnage torturé qui a un lien avec les Ombres. Je n’ai pas réussi à m’y attacher, à me sentir impliquée et du coup, intéressée par l’histoire. Un regret, car j’aurai aimé finir ce recueil avec une note plus positive.

Globalement, le recueil est intéressant et agréable à lire grâce à la plume poétique de l’auteur. L’univers et l’ambiance est unique, nous plonge dans la mélancolie et la beauté du froid. On y découvre les attachements de Rozenn, les créatures et les lieux qu’elle a créés et qui m’ont beaucoup intéressés. Je serais vraiment curieuse de lire davantage d’histoires sur la forêt d’Adria, mais également sur l’univers et les missions des Ombres dans des romans plus complets.

Un dernier point qui mérite d’être soulevé : la couverture. Sombre, froide, elle est un bonheur pour les yeux, d’autant plus qu’elle est très bien travaillée. Rien que pour le plaisir, la voilà dans son intégralité :

couv-a-plat

En bref : Un très bon recueil, avec des nouvelles fabuleuses et d’autres qui n’ont malheureusement pas réussi à me toucher. C’est néanmoins un très bon début qui donne envie de découvrir d’autres romans de l’auteur pour en apprécier l’univers et la plume. A découvrir pour l’univers très particulier.

Un très grand merci à Rozenn pour cette découverte ! J’espère que tu approfondiras encore tes idées et histoires pour un jour nous publier des romans ! 🙂

Explorer le recueil avec la nouvelle Poe.

Découvrir Unseelie.fr

Publicités
Tagué , , , , , ,

3 réflexions sur “Le Rêve du Prunellier – Rozenn Illiano

  1. […] Pour en savoir plus sur Le Rêve du Prunellier, et découvrir qui est Iris, vous pouvez aller par là (vous trouverez les liens où l’acheter). Et aujourd’hui a été publié une nouvelle chronique du livre, par Lanyla ! […]

  2. Acr0 dit :

    J’ai bien aimé ce recueil moi aussi. J’ai été touchée par celles qui ont des liens entre elles, concernant les créatures.

  3. […] numérique !). J’ai déjà eu 5 retours sur le livre (merci merci merci Laure, Acro, Strega, Lanyla et Lune), qui sont positifs, et pour moi c’est ce qui compte le plus ! J’avais peur de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :