Le prince d’été – Alaya Dawn Johnson

Le prince d'été - Alaya Dawn JohnsonLe prince d’été

Alaya Dawn Johnson

Editions Robert Laffont (Collection R)

2013

17,90 €

Synopsis
Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, sur la côte de ce que l’on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, à un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année. Pour June Costa, la vie n’est qu’art. Ses œuvres géniales – des peintures murales aux hologrammes, en passant par des tatouages lumineux – impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine pour jouir d’une célébrité instantanée et de tous les privilèges qui vont avec. Un rêve qu’elle n’avait jamais remis en question… jusqu’à ce qu’elle rencontre Enki. Fraîchement élu Prince d’été, Enki est le garçon dont tout le monde parle à Palmares Três. Mais lorsque June le regarde, elle voit plus loin que ses fascinants yeux d’ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident alors de créer un chef-d’œuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal. Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki… Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

Mon avis

J’attendais avec impatience cette lecture à la couverture si magnifique. Le pitch est bon et donne envie, so what else ? C’est bien, mais ça aurait pu être mieux. Explications !

L’histoire nous plonge dans un Brésil futur, loin de celui de notre époque. Une ville-pyramide s’est créée : Palmares Três. Son système de royauté féminine cède le pouvoir tous les 5 ans à un roi élu par les Tantes et la Reine qui doit également remporter les faveurs du public. Seulement, après un an d’existence, le roi est sacrifié. Jusqu’à présent, ce système se déroulait à merveille, mais c’était sans compter l’élection d’Enki, un jeune homme issu du verde (la plus basse « classe » de la pyramide).

June, notre personnage principal, est une jeune fille qui a toujours baigné dans l’art. Depuis son plus jeune âge, son père souhaite la voir devenir une artiste accomplie, mais il ne vivra pas assez longtemps pour le vivre. June va construire sa vie autour de ce drame familiale, dépassant toujours ses limites et les lois de la ville dans laquelle elle vit, pour se sentir vivante, et contrecarrer l’autorité maternelle.

Enki et June vont s’associer pour former un duo détonant, allant toujours au-delà de ce qui est autorisé pour faire vivre l’art et le montrer aux yeux de la ville.

De nombreux paramètres s’ajoutent à notre ville : une population qui peut vivre de nombreuses années, une avancée technologique freinée, une société aux relations libres et qui vit parfois dans l’excès. Bref, le cocktail est explosif car on côtoie à la fois l’ambition des adolescents, leurs relations et l’art.

Mais que manque-t-il à ce livre ?

L’essentiel du livre se base sur l’art visuel ou musical. Ces différents éléments n’ont pas réussi à me toucher car je n’ai pas pu voir ou entendre concrètement ce dont on me parlait. J’aurais aimé en complément du texte, des visuels, une playlist, des éléments qui auraient pu me faire sentir plus proche des personnages, de ce qu’ils vivent, de ce qu’ils créent. Par exemple, il est très facile de s’imaginer les implants lumineux que June se pose afin de faire de son corps un arbre lumineux grâce à la couverture. A ce moment là, je suis touchée par la beauté de la chose, mais pour les autres situations, ça n’a pas été le cas.

Donc légèrement déçue par le livre qui promet de belles choses, mais qui pourrait aller plus loin pour toucher le lecteur en ajoutant des compléments originaux et concrets au contenu.

Au-delà de ça, l’histoire est belle, audacieuse, dangereuse avec une certaine originalité ! J’aurais vraiment aimé ressentir plus de choses… Raah quelle frustration !

En bref : Un livre original qui sort des sentiers battus. Un art que j’aurais aimé mieux exploité à l’aide de compléments au récit pour vraiment me sentir touchée par les évènements.

Publicités
Tagué , , , ,

Une réflexion sur “Le prince d’été – Alaya Dawn Johnson

  1. Dommage, c’est vrai qu’avec une telle couverture et quatrième de couverture, on en attend beaucoup!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :